Déclaration de stratégie internationale

 
 

Une douzaine d'universités et d'écoles actuellement partenaires

L’ENSP a signé une dizaine d’accords Socrates Erasmus avec des écoles et universités européennes, ainsi qu’un accord d’échange avec le Royal Melbourne Institute of Technology en Australie. Tous forment des concepteurs paysagistes et leur enseignement est axé autour du projet de paysage. Les étudiants bénéficient ainsi de la continuité de leur formation tout en se confrontant aux différences culturelles, contextuelles, climatiques ou historiques d’un autre pays.

 
 
 
 

La stratégie internationale de l'École nationale supérieure de paysage

La politique internationale de l'ENSP, telle que présentée au conseil d'administration de mars 2012 dans le cadre de la stratégie « ENSP 2013 », repose sur les deux objectifs prioritaires suivants :

  • Accroître l'ouverture internationale des formations, indispensable à l'exercice contemporain de la profession d'architecte-paysagiste. Cette ouverture culturelle s'effectue à tous les niveaux de la formation, par les mobilités entrantes et sortantes des étudiants et des enseignants, comme par l'organisation des contenus des séquences pédagogiques.

  • Conforter la place et la reconnaissance internationale de l'ENSP, comme établissement de référence dans le domaine du paysage, en lien avec les grandes formations de paysagistes en Europe comme sur les autres continents. Quoique de dimension restreinte, l'ENSP bénéficie d'une reconnaissance internationale qui tient à son histoire et aux générations successives de paysagistes en étant issus ou d'enseignants y intervenant.


L'ENSP conduit son action en développant :

  • des partenariats actifs, dans le domaine pédagogique

  • l'appui à la mobilité des étudiants

  • un master européen, EMiLA (European Master in Landscape Architecture), avec 4 écoles partenaires (ESALA Edinburgh, LUH Hanover, ETSAB Barcelona , AHK Amsterdam), l'ENSP étant le coordonateur du projet. Cette opération a pu se déployer grâce à une subvention EU LLP MP
  • 
la participation aux réseaux internationaux de l'enseignement et de la recherche en paysage (EFLA, ECLAS, JoLA) (networks et revue internationale lié à la recherche en paysage subventionnés par LLP network)


L'ENSP développe en priorité des échanges avec des universités/écoles qui proposent un enseignement relatif au projet de paysage et délivrent des diplômes de niveau master et doctorat et où l'enseignement du projet de paysage en atelier représente 50 % du temps formation. Pour ses partenariats, l'ENSP s'appuie sur les recommandations de la Fédération internationale du paysage - section Europe.
 
 
 
 
À moyen et long terme, l'ENSP entend :

  • structurer ses partenariats avec les pays émergents et avec les pays du bassin méditerranéen, à forts enjeux urbains et paysagers, et à fort potentiel de développement.

  • conforter, par ses partenariats, la reconnaissance internationale du métier d'architecte-paysagiste,

  • consolider son rayonnement en matière de création et de recherche, en développant au sein de l'école, à travers le projet de la « villa Le Nôtre », un lieu de résidence pour des paysagistes internationaux (enseignants ou praticiens).

  • participer à l'offre internationale de formation, développée au sein des futures « communautés universitaires ».
 
 
 
 

Mise en œuvre de la stratégie

En formation initiale, les échanges internationaux sont depuis 1999 gérés par le Bureau de l'international qui a tissé au fil des années, sous la direction de Karin HELMS, de solides partenariats basés sur la réciprocité des échanges et le partage d'une approche du paysage par le « projet ».
 Neuf accords bilatéraux de type ERASMUS sont actuellement actifs au Portugal, aux Pays-Bas, en Espagne, en Ecosse, en Allemagne, au Danemark, et en Finlande. Des échanges sont également possibles avec l'Australie au RMIT de Melbourne. Par ailleurs, des actions à but humanitaire sont également proposées aux étudiants qui le souhaitent, comme les chantiers de jardins en Bosnie (Stolac - 2010/11) ou des stages GECO GLEN sous l'égide de la DGER.

En matière de recherche, les programmes développés par le LAREP, laboratoire de recherche de l'ENSP Versailles-Marseille, sous la direction du prof. Patrick MOCQUAY, directeur de recherches au CNRS en détachement à l'ENSP, font l'objet de partenariats internationaux, organisés soit dans le cadre de réponses à appel d'offres (PCRDT, ANR, Appels d'offres ministériels), soit à travers des réseaux (réseau des Écoles de paysage en France ; réseau international Le Nôtre/ECLAS - Network financé par LLP ERASMUS). L'encadrement doctoral, au sein de l'École Doctorale Abies dont l'ENSP est membre, suscite un certain nombre de thèses en co-tutelle (Maroc, Tunisie, Vietnam). Les orientations en matière de recherche sont soumises à l'avis d'un conseil scientifique, présidé par Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER (directrice d'études à l'EHESS) et composé de plusieurs personnalités internationales, notamment dans le champ de la conception (Prof. H. BAVA, paysagiste, KIT université de Karlsruhe, Prof. P. VIGANO, architecte, IUVA Université de Venise).
Pour assurer le développement à moyen et long termes (2014-2020) de sa stratégie de coopération internationale, l'ENSP vient de recruter une chargée de mission.

L'école envisage le calendrier de déploiement suivant :

Coopération « interne à l'UE » :

  • Le master EMiLA est ouvert officiellement depuis septembre 2013 entre les 5 écoles fondatrices. L'objectif est d'élargir le dispositif à trois nouvelles écoles partenaires européennes d'ici 2020.

  • Avec un souci constant de qualité, l'ENSP souhaite développer des accords bilatéraux de coopération interne ERASMUS, afin d'augmenter le volant d'échanges internationaux. Objectif : 2014, 2 accords (Portugal, Italie) ; 2016, (Slovaquie- Slovénie) ; 2018, (Estonie-Grande Bretagne).

  • L'ENSP organise des workshops européens et internationaux à raison d'un par an.

Coopération « voisinage» 
1.
Le Projet « Sud », avec les universités du bassin méditerranéen, s'appuie sur l'implantation solide de l'ENSP à Marseille (capitale européenne de la culture en 2013). L'objectif pour 2016 est l'organisation de Summerschools, réseau d'échange d'enseignants et d'expériences sur les thématiques liées aux transformations du bassin méditerranéen et en 2018 de créer un Post-Master, dans le cadre de la politique de voisinage, tout en actualisant et en coordonnant des accords de recherche avec les pays du pourtour méditerranéen (en particulier Tunisie, Maroc).

Coopération « monde »

Le positionnement sur les pays émergents s'effectuera dans le cadre d'associations avec des réseaux existants ou en cours de constitution, en particulier :


  • La Chaire internationale UNESCO de paysage (Université de Montréal Canada). Objectif : 2014 accord bilatéral, au niveau doctoral, post doctoral et recherche.

  • Le Master « Asia-Pacific Master in Landscape Architecture », développé par RMIT Melbourne, sur le modèle de notre Master EMiLA. L'objectif est d'établir un partenariat d'ici 2016.

  • Un partenariat avec l'université de Pékin GSD, projet à moyen terme d'un accord bilatéral.