Construire l'équité territoriale de la Tunisie

29 novembre 2011

 
 

Colloque international et interdisciplinaire - 17 et 18 novembre 2011

Compte-rendu par Roland Vidal
Organisateur du colloque pour la partie française

Ce colloque, qui s'est tenu à la Cité des Sciences de Tunis, a rassemblé une cinquantaine d'intervenants, chercheurs, enseignants, praticiens ou acteurs de la société civile, et quelques 130 participants.

Soutenu par l'Ambassade de France via l'Institut français de Tunisie, par la Fédération tunisienne des clubs UNESCO-ALECSO et par le Centre de recherche pour le développement international du Canada (CRDI), il est surtout le fruit d'une collaboration entre l'ENSP et ses partenaires tunisiens avec lesquels plusieurs projets scientifiques ont été montés depuis une dizaine d'années, grâce notamment aux liens maintenus avec l'un des anciens élèves de l'école, Moez Bouraoui, paysagiste DPLG et docteur en paysage, aujourd'hui professeur en Tunisie.

L'objectif du colloque, conçu juste après la Révolution tunisienne, était de mettre en évidence les attentes sociétales du pays en termes de paysage et d'aménagement du territoire. Il a été l'occasion de recevoir les plus grands chercheurs tunisiens en ce domaine, Morcheb Chabbi, Ridha Boukrâa, Sami Ben Haj et bien d'autres, et de leur donner la possibilité de faire entendre cette liberté de parole dont ils étaient privés depuis des décennies. À leurs côtés, les meilleurs spécialistes français de la Tunisie, Pierre Signoles et Jean-Marie Miossec, ont apporté leur précieuse contribution, après que Fathi Ennaïfer, ancien Directeur général de l'aménagement du territoire, aujourd'hui expert international en planification territoriale, ait présenté la conférence d'ouverture du colloque.

Plusieurs chercheurs de haut niveau, tunisiens ou venus de France, du Canada, de Belgique ou du Maroc, ont ensuite présenté leurs contribution à cette construction d'une équité territoriale dont la Tunisie a un besoin urgent, en alternance avec des professionnels du paysage, de l'architecture ou de l'urbanisme et avec une quinzaine de doctorants qui ont représenté l'avenir de la recherche et de l'enseignement supérieur en Tunisie.

Le colloque s'est terminé par une table ronde, animée par Catherine Chomarat-Ruiz, durant laquelle a été abordée la question de la formation des compétences en matière d'aménagement du territoire. Une dizaine de paysagistes, professionnels ou chercheurs, ont contribué aux côtés d'autres spécialistes de l'aménagement à une réflexion sur ce thème.

Soucieux d'affirmer une réelle inter-disciplinarité, le colloque organisé du côté tunisien par le Club UNESCO « Savoir et développement durable », s'est déroulé dans un lieu ouvert à toutes les disciplines et à tous les publics : la prestigieuse Cité des Sciences à Tunis.

Soucieux également de rester proche de la réalité des questions territoriales auxquelles il se voulait sensible, il s'est prolongé durant toute la journée du samedi 19 novembre par un voyage à Sidi Bouzid où les participants furent accueillis par les acteurs locaux de la Révolution tunisienne.

Déjà relayé par la presse, la radio et la télévision locales, ce colloque donnera prochainement lieu à une publication qui sera certainement l'occasion d'une nouvelle manifestation durant l'année prochaine.

 
 
 
 
Construire équité de la Tunisie
 
 
 
 

Les présentations sont téléchargeables sur le site