Workshop "Sur le vif : herbiers animés "

26 avril 2021

 
 

Dans le Parc Balbi et par-delà

Organisé et encadré par Rozenn Canevet, historienne de l'art, Agnès Prévost, artiste plasticienne, enseignante à l'École nationale supérieure de paysage, et Anaïs Tondeur, artiste plasticienne, le workshop "Sur le vif : herbiers animés", proposé aux étudiants en deuxième année de la formation menant au Diplôme d'État de Paysagiste et à quelques élèves passant leur Certificat d'études supérieures paysagères, s'est tenu les 3, 4 et 5 mars 2021.

À la lumière des découvertes récentes sur les facultés sensibles et motrices insoupçonnées des plantes, le workshop thématique propose à ses participants d'interroger les formes fixes des représentations végétales que sont l'herbier, le dessin naturaliste ou la photographie et, à partir de là, de donner à voir les formes plastiques, performatives et poétiques propres à restituer la perception mouvante, animée et sensorielle de la vie végétale.

 
 
 
 

Questionner les étudiants sur leur perception de la vie végétale

  • Que savons-nous des plantes ?
  • Comment se représente-t-on ces formes de vie autres ?
  • Quelles sont leurs modes d'être spécifiques, leurs facultés sensibles effectives ?
  • Par quels gestes peut-on essayer de dialoguer avec les formes de vie végétales ?
  • La plante réagit-elle à notre présence ?
  • Qu'avons-nous à apprendre d'elle ?
  • Comment l'espace et le paysage se voient-ils éclairés, transformés, voire recomposés, par les formes, mouvements et sensibilités végétales ?
 
 
 
 

Un travail in situ

Le site de travail est le parc Balbi, jardin anglais datant du XVIIIe siècle, à l'histoire mouvementée, d'aménagements en abandons, en reprises d'aménagements. Il est composé de deux parties : l'une, côté école, dense et arborée, et l'autre, municipale, avec ses arbres espacés et ses grandes pelouses bien entretenues.

Le travail s'y est déroulé in situ, des lectures et des mises en contact initiales, à la phase de recherche, jusqu'au rendu. Toutes les approches, qu'elles soient visuelles, sonores ou performatives étaient encouragées pourvu qu'elles se constituent en lien avec le lieu. L'intérêt du travail in situ pour ce sujet a été confirmé par la variété des propositions, tant sur le plan du choix du langage que des modalités d'exposition ou de performance.

 
 
 
 

Avant de faire, des immersions orales et sensorielles

Il s'agissait préalablement d'entraîner les étudiants dans le mouvement d'un profond renouvellement de la connaissance et des représentations des plantes, mais aussi de vifs débats sur la façon de les considérer et des les comprendre : parentes, ressemblantes ou encore autres radicales.

Botanique, écologie, philosophie, arts, anthropologie, poésie, ... Par le biais de lectures faites sur le site, issues de ces différentes pratiques et disciplines, les étudiants ont pu entendre au fil du workshop une polyphonie de voix décrivant, expliquant, de manière contrastée, facultés, rythmes et sensibilités végétales. Les lectures collectives et itinérantes invitaient les étudiants à choisir un endroit et une posture d'écoute chaque fois singuliers. Elles étaient assorties de « mises en contact », d'expériences phénoménologiques : respiration, travail de perception, de dessin. Après un temps de recherche de chaque étudiant, le workshop a mené à la constitution collective de ces herbiers animés dans les deux parties du Balbi.

 
 
 
 
ANGOT_Sur_le_Vif2__Antoine_Angot_2_

Une scène de cour entre deux aulnes et un cyprès chauve, pour leur donner la voix et la parole. Production : Antoine Angot.

 
 
 
 
ALEXANDRE_DSF1078_____Agnes_Prevost
 
 
 
 
Alexandre Laban

Plonger dans les membranes et les tissus vasculaires, les fibres, sans début ni fin, de manière potentiellement infinie. Relier petite et grande échelle, mélanger les règnes, montrer la prolifération obstinée et libre du vivant. Production : Alexandre Laban.

 
 
 
 
ANDRE_Sur_le_vif_____Ewen_Andre

Individualité végétale. Cette frise multiple faite de photographies des feuilles de chaque plant d'aucuba du Balbi n'est pas un décor uniforme mais la trace d'êtres multiples. Un hommage à leur singularité. Production : Ewen André.

 
 
 
 
ARIANE_LENHARDT_DSF1075_w_____Agnes_Prevost

Révéler tout ce que contient l'air... Le monde aérien est peuplé. Il compte, pour la compréhension de la vie végétale, tout autant que son corps physique ou le monde souterrain, qui paraissent plus denses. Production : Ariane Lenhard.

 
 
 
 
CLAIRE_DAOUDI_DSF1093_w_____Agnes_Prevost

Saisissante mise en scène d'êtres vivants inconnus, de chimères mi végétales mi animales, qui seraient endémiques du Balbi. Production : Claire Daoudi.

 
 
 
 
CONSTANCE_DSF1064_w_____Agnes_Prevost

Un discret herbier de racines visait à dévoiler ce monde de l'invisible. Une intéressante réflexion et action, en écho aux travaux époustouflants de Lore Kutschera et Erwin Lichtenegger. Production : Constance Vidon.

 
 
 
 
HELOISE_herbier_anime_DSF1109_w_____Agnes_Prevost

Un herbier qui va continuer d'évoluer, où la feuille de papier se contraint à la forme du végétal et où les informations manuscrites ne sont vraies qu'à l'instant où elles sont écrites et dont l'encre va finir par disparaitre au grès des éléments. Production : Héloïse Soulié.

 
 
 
 
HUGO_2_CICATRICES_DSF1115_w_____Agnes_Prevost

Un dessin de blessures, mis en scène in situ et accompagné d'un poème de Sully Prudhomme, nous donnant à rencontrer ainsi un arbre, dans l'idée de s'approcher de son temps propre. Production : Hugo Puivif.

 
 
 
 
MADELEINE_ACCARAIN_DSF1159_w_____Agnes_Prevost
 
 
 
 
MADELEINE_ACCARAIN_DSF1173_w_____Agnes_Prevost

Pourquoi vouloir représenter alors que les végétaux peuvent s'exprimer eux-mêmes ? Production : Madeleine Accarain.

 
 
 
 
MURAT_Sur_le_vif_DSF1187_____Agnes_Prevost

Souligner d'un fil la trace de la blessure, surligner ce signe, qui renseigne sur l'histoire de l'arbre mais aussi le milieu. Production : Émile Murat.

 
 
 
 
OSCAR_THELLER_DSF1209_w_____Agnes_Prevost

Une anamorphose blanche à l'échelle, en miroir et en pointillés, pour dire les réseaux de circulation de l'air aux tiges, des tiges aux racines, des racines au sol. Production : Oscar Theller.