Workshop Cartes et Chemins 2020

25 janvier 2021

 
 

Empreinter les trajectoires au sein du Potager du Roi

Le workshop Cartes et Chemins 2020 s'est déroulé pour les étudiants en deuxième année du parcours conduisant au Diplôme d'État de Paysagiste les 9, 10 et 12 novembre au début du second confinement. Pour ressaisir le rôle du terrain dans la transcription cartographique, nous avons opté pour un travail de transmission à distance des étudiants présents sur place aux autres étudiants à distance. Notre terrain : le Potager du Roi.
 
 
 
 

Du terrain à la salle

Les équipes d’étudiant.e.s sont alors composées d’au moins une sentinelle et un.e scripteur.e : un étudiant.e sur place au Potager et un étudiant.e à distance qui traduit au mieux ce que la sentinelle transmet de son arpentage singulier. La sentinelle a le terrain concret, le.a scripteur.e les bases numériques. Tous les médiums sont ouverts pour réaliser les cartographies expérimentales finales. Le workshop s’ouvre par une visioconférence-discussion avec Antoine Jacobsohn, adjoint au directeur de l'École nationale supérieure de paysage, en charge du Potager du Roi.
 
 
 
 

Approche

Passer du point de vue qui, fixe ou balayant, s'arrête et contemple, au point de vie, mouvant qui, en circulant à sa manière, définit un territoire sensible et une échelle propres. Du sol au ciel quel fil, quelle trajectoire suivre ? Expérimenter et pister d'autres spatialités, qu'elles soient verticales (lombrics, plantes) ou horizontales (animaux), pendulaires (mouvement de déblais et remblais), erratiques (pollens, graines, racines), voire invisibles (gazs aériens, vents)...
 
 
 
 

Parcourir selon différents sens et sensibilités

Il s'agit de mobiliser initialement tout le potentiel de l'arpentage comme laboratoire d'attention, de développer des formes sensibles de parcours du site afin de recueillir des observations sur le vif : elles forment le chemin et impulsent la carte. Différentes formes d'attentions sont proposées et marchées d'abord collectivement :
  • Tester et éprouver différentes façons de se déplacer dans l'espace. Comment le rythme et la cadence de la marche créent-ils une cinéplastique, une perception en mouvement de l'espace traversé ?
  • Expérimenter différentes formes de marche et de postures : faire émerger toutes les relations sensibles avec ce qui nous entoure et ce qui nous constitue.
  • Pister dans le Potager du Roi les flux invisibles qui nous relient au vivant, le constituent et participent à le modifier. Tenter de révéler le réseau d'interaction et d'échange d'une plante, d'un lombric ou encore d'un grain de sol,
  • Suivre dans le Potager des chevauchements, des côtoiements, des seuils, traces ou regards.
  • Approcher grâce au sens du toucher la réalité de la gravité et d'autres sens de la spatialité.

Le workshop a été encadré par Agnès Prévost, artiste plasticienne et enseignante à l'École nationale supérieure de paysage, Jens Denissen, urbaniste et paysagiste, Linda Sanchez et Anaïs Tondeur, artistes plasticiennes, avec la participation d'Antoine Jacobsohn.

 
 
 
 

Lumbricina, installation, vidéo en direct et textes

1

Emile Murat, Adriano Duarte, Claire Daoudi

Sur place, suivre grâce aux turricules les trajets des lombrics ; à distance entamer une recherche
à leur sujet. Enfin proposer une fiction « lombricienne » et une expérimentation avec des vers de
terre, afin de se mettre en empathie avec eux et d'essayer de penser le paysage tel que vécu par
eux.

 
 
 
 

Dessins, textes et sculptures

2

Pauline Couleaud, Manon Pavot, Suzy Pensuet

Sur le terrain, dans la terre, sur la terre et dans l'atmosphère, observer et suivre d'autres trajectoires que la nôtre. Transmettre les observations et les dessins, en ajuster la transcription graphique, et les superposer sur une même carte pour voir apparaître l'espace réel : tel que vécu.

 
 
 
 

Fantastic Trees and Where To Find Them, édition papier et vidéo couleur

3

Yuhui Gao, Louis Guibert, Michelle Totoy

Une mise en relation et un répertoire des espèces, formes de taille et implantations dans le Potager, qui tressent naturel et artefact et redessinent le plan du Potager.

 
 
 
 

L’espace d’un instant, photogramme, vidéo couleur, 3’17

4_Nicolas_Aizier__Maxime_Bucquet_L_espace_d_un_instant

Nicolas Aizier et Maxime Bucquet

Différentes époques du Potager et différents rythmes qui le traversent composent autant de strates visuelles et sonores d'une cartographie animée réalisée à quatre mains.

 
 
 
 

Photogramme, vidéo couleur, 6’36

5_Ewen_Andre____Lucile_Daull__Candice_Gendrey

Ewen André, Lucile Daull, Candice Gendrey

Un voyage imaginaire en vidéo dans les microcosmes minéral et végétal du Potager et une partition qui s’inspire du braille pour transcrire en retour le parcours vidéographié.

 
 
 
 

2 séries de photographies à 24h d’écart, avant & après

6_Jacob_Che__rel__Alexis_Campagne__Oscar_Theller

Jacob Chérel, Alexis Campagne, Oscar Theller

Deux étudiants-Poucets, guidés et orientés à distance dans le Potager, ont déposé des grains le long de leur parcours : non pour retrouver leur propre chemin ensuite, mais en négatif, celui d'autres êtres ou phénomènes ayant traversé les mêmes endroits.