Séquence « un parc littoral » 2022

18 juillet 2022

 
 

Le cas de l’ancienne poudrerie de Saint Chamas

Du 19 avril au 3 juin dernier, les étudiants en deuxième année de formation menant au Diplôme d'État de Paysagiste à Marseille, ont suivi et participé à l'atelier de projet Un parc littoral dédié à l'aménagement d'un parc à l'interface entre la ville et un site naturel protégé. Cette année, ils ont étudié la situation de l'ancienne poudrerie de Saint Chamas, située sur les rives de l'étang de Berre.
 
 
 
 
1_siteinternet

Vue aérienne sur l'ancienne poudrerie de Saint Chamas. Photo : École nationale supérieure de paysage

Située entre les deux centres anciens de Miramas et de Saint Chamas, cette ancienne poudrerie royale représente aujourd'hui un espace de 118 ha, protégé et géré par le Conservatoire du Littoral. Elle présente l'intérêt paradoxal d'être à la fois un ancien site industriel et un site patrimonial tant du point de vue des milieux que des espèces animales et végétales présentes aujourd'hui.


La situation de l'ancienne poudrerie de Saint Chamas permet de traiter de la dynamique naturelle d'un site et plus particulièrement de la présence de l'eau sous diverses formes (étang de Berre salé, étangs d'eau douce, canaux, marais d'eau douce ou salée, eau saumâtre...), ce qui en fait un site particulièrement intéressant en situation méditerranéenne. L'approche écologique s'impose pour explorer le site et ses dynamiques historiques et naturelles.

 
 
 
 
3_siteinternet

Étude de l'ancienne poudrerie de Saint Chamas par les étudiants. Photo : École nationale supérieure de paysage 

Après des analyses thématiques en groupes de trois étudiants, chaque étudiant a été invité à concevoir un projet qui devait penser à la fois à une restructuration des espaces publics du village de Saint-Chamas, depuis l'ancienne entrée de la poudrerie, jusqu'au port, et à la manière de donner à voir les milieux préservés de l'intérieur de la poudrerie.

 
 
 
 
2_siteinternet

Aux portes de l'ancienne poudrerie de Saint Chamas. Photo : École nationale supérieure de paysage

La problématique principale de la conception du projet est celle de savoir comment composer entre l'accueil du public, les activités habituellement proposées dans un parc et la préservation et la mise en valeur des milieux naturels et des espèces remarquables.


Les axes de réflexion à décliner pour réfléchir à cette problématique étaient les suivants :

  • proposer un parc de proximité pour les habitants de Saint-Chamas et de Miramas ;
  • penser un parc à dimension métropolitaine, axé à la fois sur le littoral de l'étang de Berre et sur les milieux naturels patrimoniaux présents sur le site ;
  • associer l'échelle urbaine et les dynamiques naturelles propres au site ;
  • faire avec la nature : doser les interventions entre agir avec la nature et agir sur la nature (notion de partenariat à imaginer) ;
  • intégrer à la réflexion le sentier du Conservatoire du Littoral qui devrait faire, à terme, le tour de l'étang de Berre.

 

À la suite de cette réflexion, les étudiants ont conçu chacun trois panneaux A0 :

  • le premier est une reprise des éléments choisis de l'analyse du site combinés à la stratégie d'intervention ;
  • le second explique le projet général sur l'ensemble du site au 1/200e, accompagné de coupes, perspectives etc. ;
  • le troisième est un focus sur une partie du site et développement au 1/500e ou 1/200e, accompagné de coupes, croquis et d'une stratégie végétale déclinée de l'ensemble du site jusqu'aux détails d'aménagement.
 
 
 
 

Retour sur deux projets remarquables

 
 
 
 
 
 
 
 
À partir d'une observation sensible et d'un relevé des milieux naturels du site actuel, Sandra a utilisé l'arbre comme un élément central de sa stratégie d'aménagement. La stratégie d'aménagement s'appuie sur une mise en scène des différentes manières de découvrir et de parcourir la forêt à travers, notamment, un réseau de points de vue où elle réinvente la notion de belvédère. Ces points de découverte offrent ainsi la possibilité de contempler les arbres depuis les hauteurs, depuis les sous-bois, dans la canopée, mais aussi d'observer et de comprendre les dynamiques naturelles qui président au développement de la forêt sur le site grâce à des propositions de gestion adaptées.
 
 
 
 
 
 
 
 
Margaux a décliné une stratégie d'aménagement basée sur la répartition, sur le site, des eaux douces et des eaux saumâtres. À partir de là, elle réorganise le Parc de la Poudrerie à travers un projet global qui redonne au site une structuration forte basée sur de nouveaux axes de circulation, des accès renforcés et clarifiés, et des activités diversifiées de promenade, d'observation des milieux ou encore une valorisation du patrimoine industriel.