Retours sur l'étude du site des Mortemets

05 mai 2021

 
 

Réaliser un projet de paysage en intégrant des terres inertes

Du 21 septembre au 30 novembre 2020, dans le cadre de l'atelier 5, les étudiants en deuxième année du Diplôme d'État de Paysagiste (DEP) ont été invités à travailler sur une des situations les plus emblématiques du projet de paysage : le parc en ville. À cette occasion, un groupe d'étudiants s'est investi spécifiquement sur le site des Mortemets à Versailles afin de répondre à la question suivante : comment accueillir un surplus de terre au sein d'un parc ? Une plaquette destinée à retracer leur travail a été réalisée par la Chaire Terres et paysage.

 
 
 
 
couverture_plaquette_Chaire_terresetpaysage

Versailles à part, couverture de la plaquette, collage : Claire Daoudi et Moe Muramatsu.
 
 
 
 

À travers leurs travaux réalisés entièrement en anglais sous la coordination et la direction de l'enseignant paysagiste Lauri Mikkola, les étudiants ont développé une narration allant du diagnostic paysager au projet spatial. Ils ont ainsi présenté leurs visions du parc de demain. Encadré par deux paysagistes conceptrices Helen Stokes et Marie-Laure Garnier, le travail des étudiants s'est spécifiquement intéressé à la prise en compte, dans chacun des projets, de l'intégration de surplus de terre afin d'approfondir la question du rapport déblais/remblais. Les étudiants ont, grâce à un travail topographique, créé plusieurs ambiances dans leurs projets, en écho au travail de Le Nôtre et proposé des solutions innovantes à l'image d'un parc du XXIe siècle. Cette plaquette regroupe ainsi les réponses des étudiants face à un enjeu actuel majeur, en mettant en avant le nivellement comme ressource de projet.

Explorer la plaquette

 
 
 
 

Cet atelier a été conduit avec l'appui de la Chaire Terres et paysage de l'École nationale supérieure de paysage.

La Chaire Terres et paysage s'est fixée quatre axes de travail :

  •  L'usage des terres inertes dans la composition paysagère, ou comment faire d'un "déchet" issu du processus de construction, une ressource réemployée dans les projets d'aménagement ;
  • La fertilité des sols, ou comment le projet de paysage peut contribuer à amplifier la résilience des sols, et comment dans la mise en œuvre concrète du projet, la protection des sols fertiles peut être assurée ou renforcée ;
  • Le paysage comme moyen de guider les projets de traitement des sols pollués ;
  • L'étude du Potager du Roi, comme terrain historique d'observation et d'expérimentation sur les rapports entre la terre et la composition d'un jardin de production.
La Chaire Terres et paysage bénéficie du soutien du groupe ECT.