Retour sur la soutenance de thèse de doctorat d’Eugénie Denarnaud

22 octobre 2020

 
 

Diplômée en Cinéma et en Paysage, Eugénie Denarnaud a soutenu sa thèse de doctorat en sciences du paysage intitulée Le jardin porte-paysage : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc). Transdisciplinaire par essence, son domaine de recherche embrasse aussi l’Art et l’Anthropologie. La soutenance s’est tenue le 11 septembre dernier à l’École nationale supérieure de paysage, sur le site de Versailles.

 
 
 
 
1

Photographie de la thèse d'Eugénie Denarnaud, 2020. Photo : Eugénie Denarnaud

Bercée entre la France et le Maroc dès son plus jeune âge, Eugénie Denarnaud a d’abord nourri son sens artistique et son œil aiguisé de photographe au travers de l’étude du Cinéma à la Sorbonne Nouvelle avant de se passionner pour les écosystèmes et la botanique. Ils la conduiront à des études à l’École nationale supérieure de paysage, d’où elle sort Paysagiste DPLG en 2012. Elle trouve dans la photographie et l’image la dimension fragmentaire au même titre qu’un prélèvement botanique, indices complétés par les collectes, et empreintes de divers types d’éléments du paysage. L’approche paysagère confère à son art, une pratique de l’observation et de la photographie révélant le lien qui unit à la terre, au sol et au vivant.

 
 
 
 
2

Jardin pirate, Tanger, 2012, 1/12. Photo : Eugénie Denarnaud

Rattachée à l'école doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé (ABIES), AgroParisTech via le Laboratoire de recherche en projets de paysage (LarepAREP) de l'École nationale supérieure de pPaysage, Eugénie Denarnaud a concentré ses recherches, durant ces quatre dernières années, sur l'étude de jardins informels comme forme et pratique culturelle, porteuse de sens dans la compréhension de la relation qu'entretiennent les Tangérois au paysage.

À travers sa recherche, Eugénie relie la fonction esthétique et récréative de l'objet étudié, à l'appréhension sociale de la nature. Dans ce sens, elle révèle une gamme de modes relationnels au paysage. Elle démontre également comment le jardin vernaculaire qu'elle remarque en milieu urbain, participe également à l'expansion métropolitaine comme « lieu d'un investissement des communautés, dans la construction de la ville ». Enfin son approche anthropologique du terrain donne à voir un renouveau de la démarche méthodologique en sciences du paysage.

Elle résume ainsi sa thèse :

« L'objet de la recherche est l'étude de jardins informels, nés dans un phénomène urbain massif, initié en l'an 2000. Une étude critique du paysage local, menée par l'observation ethnobotanique, géographique et paysagère d'actions jardinières potentiellement coercitives, est conduite dans le contexte actuel de planification urbaine. À certains égards, les Tangérois sont des marcheurs, des arpenteurs, des connaisseurs de leur environnement. Ils tirent une interaction positive avec leur milieu dans un contexte métropolitain : connaissance des fleurs ; des résines ; des abeilles ; des animaux sauvages ; des phénomènes météorologiques et géologiques. Autant d'éléments hétérogènes qui entrent dans ce qu'on peut nommer le paysage. Cette particularité tangéroise a permis d'explorer le fait urbain sous deux angles. Celui de la cité séculaire sans cesse réinventée dans son territoire. Et celui de la ville comme reflet contemporain de la modernité. »

Mots clefs : Tanger-Métropole, Jardin informel, Communauté Jbala, Paysannerie urbaine, Cueillette, Environnement, Ethnobotanique, Détroit de Gibraltar, Ethnoécologie, Exsicatta, Herbier, Collection, Photographie, Cartographie alternative.

 
 
 
 
3

Photographie de la thèse d'Eugénie Denarnaud, 2020. Photo : Eugénie Denarnaud

 
 
 
 

Composition du jury

  • M. Jean-Marc Besse, DR, CNRS, Paris, Président du jury
  • Mme Anne Sgard, PR associée, Université de Genève, Rapportrice
  • Mme Joëlle Zask, MCF HDR, Université de Provence Aix-Marseille M. Ahmed AARAB, PR, Université de Tanger, Rapportrice
  • M. Philippe Descola, PR émérite, Collège de France, Paris, Examinateur
  • Mme Bernadette Lizet, DR honoraire, CNRS, Paris, Examinatrice
  • M. Vincent Piveteau, PR, Directeur de l'ENSP Versailles-Marseille, Directeur de thèse
  • M. Romain Simenel, CR IRD, Paris, Co-encadrant de thèse
 
 
 
 

Partenaires

  • Mécénat pour la jeune recherche en paysage de la Caisse des Dépôts et Consignations,
  • Fondation Eve Marre, Fondation Casa Proal,
  • Projet Émergence(s) Ville de Paris, Exorigins 2019-2022.

La thèse est consultable à la bibliothèque de paysage au Centre de documentation de l'École nationale supérieure de paysage, à Versailles, en format numérique à la bibliothèque de l'AgroParisTech et en ligne sur HAL.

Pour en savoir plus sur la vision du métier de paysagiste-concepteur et les activités artistiques d'Eugénie Denarnaud : www.eugeniedenarnaud.com