Rendus finaux des stagiaires en 2e année de formation CCJP

26 avril 2021

 
 

Terminant leur deuxième année de formation continue Conception et création de jardin dans le paysage, les stagiaires ont présenté, le 6 avril dernier, leur projet personnel de conception d'un jardin dans le paysage.

Fruit du travail déployé sur l'année, les stagiaires ont construit leur réflexion et ont fait avancer l'élaboration de leur projet selon quatre phases clefs :

  • diagnostic : questionner, quantifier et qualifier les atouts et contraintes, définir les enjeux et les potentialités ;
  • esquisse : programmer et proposer des intentions ;
  • avant-projet et projet : concevoir dans les moindres détails.
 
 
 
 

Le site de projet commun

Le projet doit être construit à partir d'un site réel ayant une histoire, des données techniques, une réalité qui devra être étudiée pour la conception. Le site étudié permet d'aborder les problématiques propres au jardin et son rapport au paysage. Il implique des maîtres d'ouvrage privés qui participent aux ateliers et aux rendus au cours de l'année.

Cette année, les étudiants de la promotion 2021 ont eu à étudier la Résidence du parc de Saint-Cloud.

La Résidence du parc de Saint Cloud est située à Ville d'Avray, sur le flan des coteaux de la Forêt de Fausses-Reposes, en face des coteaux de Saint-Cloud. Elle a été construite dans les années 1960 sur l'ancien site de la Villa Church conçue par Le Corbusier.

À partir de l'étude de ce site complexe disposant d'un parc arboré de 3 hectares, les stagiaires ont, au travers de la réalisation d'un panneau, représenté explicitement leur projet et présenté son bien-fondé.

 
 
 
 

Les projets des stagiaires

Huit projets sont présentés dans les panneaux qui suivent, panneaux de rendu qui ont servi de support à la présentation orale devant le jury qui s'est tenu à Versailles le 6 avril 2021.

 
 
 
 

Aurore Gaudenèche – Une île d’ombre et de lumière

Ce projet est celui de la transition. Celle d'un parc arboré remarquable au passé prestigieux mais qui n'a pas su s'adapter. Il s'agit donc de l'accompagner dans son évolution vers un lieu plus en phase avec son temps, en créant de nouveaux usages pour permettre aux habitant de se l'approprier. Le projet propose également d'apporter une nouvelle dynamique végétale basée sur la légèreté, la délicatesse, le mouvement et la lumière. Mais surtout, il doit contribuer à faire de ce lieu non seulement un parc vu mais aussi et surtout un parc vécu.

 
 
 
 

Florence Merrien – Plongeon dans la forêt

Le projet Plongeon dans la forêt participe à la réinvention du parc vieillissant de la résidence tout en accordant un profond respect au paysage et au patrimoine du site. Son ambition est d'accompagner et de rythmer sa pente arborée, composante essentielle de son patrimoine, afin d'amplifier le sentiment de plongeon vers la forêt du parc de Saint-Cloud. Il crée une unité en harmonisant les compositions végétales au sein de lames colorées s'écoulant le long de la pente, entraînant avec elles les arbres majestueux du parc.

Une réflexion particulière a été accordée au jeu des textures, des densités, des couleurs et aussi au dialogue entre la ligne et la courbe, le bâti et le végétal, les automobilistes, les promeneurs, les enfants, les contemplateurs... Les vues sont soignées et sont à tour de rôle dégagées, filtrées, jouées. Le parc devient une unité emportant avec elle la résidence dans un mouvement de plongeon vers la forêt.

 
 
 
 

Guillaume Lafitte – Le jardin Dialogue

La résidence est située en plein cœur de ville et, pourtant, la forêt y est toute proche. Ce projet propose de réinventer le jardin de la résidence autour du dialogue entre la ville et la forêt. L'idée est de proposer aux résidents une nouvelle façon de vivre le jardin de leur résidence, à la fois immersive et conviviale : balade verte, lieux d'usages pour petits et grands, en milieu tantôt ouvert, tantôt couvert. Le jardin passe du statut de décor à celui d'expérience. Enfin, c'est selon des principes de gestion différenciée que le projet suggère d'accompagner dans le temps le jardin et ses nouvelles formations végétales.

 
 
 
 

Hélène Charbonneau – Jardin Émergence

Le parc de la résidence du parc de Saint-Cloud est aujourd’hui contraint tant dans son usage, ses circulations que dans le développement de son riche patrimoine végétal, notamment arboré. Le projet Jardin émergences a pour objectif de libérer ce mouvement afin de proposer un parc d’avenir, associant la dualité d’un espace privé et partagé. Les émergences végétales et saisonnières permettent de préserver, de créer un lieu de vie à l’identité singulière, tout en s’intégrant dans le paysage exceptionnel des vallons de l’ouest parisien.

 
 
 
 

Shizuka Higa – Le jardin caisse de résonance

Le  concept  de ce projet de jardin  est  axé  sur  la  coexistence  des  oiseaux  et  des  hommes. En effet, partant du constat que le jardin est une reproduction miniature du monde naturel, Shizuka Higa a fait le pari d'y reproduire la même écologie symbiotique en convoquant la coexistence des plantes, des animaux et des hommes. En même temps, elle souligne que l'intervention humaine créé nécessairement un environnement différent de l'état naturel sur terre car celle-ci y apporte une dimension culturelle, celle du jeu.

 
 
 
 

Charlotte Duthoit – Quand la résidence révèle ses microclimats

Ce projet a pour ambition de révéler la présence des microclimats en s'appuyant sur les communautés végétales existantes c'est-à-dire en employant des formes, des ambiances et une palette végétale inspirées des paysages naturels qui se développent dans des zones aux conditions climatiques similaires. Ainsi, le jardin offre une identité à la résidence en associant l'esthétique et l'atmosphère pittoresque aux considérations écologiques :

  • les circulations piétonnes deviennent des parcours-promenade ;
  • le chemin conduit le promeneur d'un milieu à l'autre ;
  • les couleurs des feuillages ou des floraisons participent au plaisir de la promenade au fil des saisons.
 
 
 
 

Saliha Chergui – La cohabitation harmonieuse

Les intentions de ce projet de jardin cherchent à:

  • assurer le lien avec la forêt de Fausses-Reposes, afin de conserver l'esprit du lieu, marqué par un relief boisé en pente et mettre en scène les différentes vues offertes par ce paysage de vallon et de forêt ;
  • offrir une identité et singularité pour chaque bâtiment, en créant des espaces dilatés autour des bâtiments, tout en étendue et continuité, en interaction parfois et en intimité d'autre fois ;
  • créer des lieux de convivialité et partager les plaisirs et l'harmonie du lieu.
 
 
 
 

Yoko Jinkoji – Cohabiter

Ce projet propose de créer une forêt où la pelouse protégée est étendue actuellement. Les habitants seraient invités à s'y promener et découvrir la nature en écoutant les chants des oiseaux. Par rapport à cette forêt, les massifs devant les bâtiments et les haies autour des murs à la limite de la propriété auraient une ambiance plus organisée avec la lisière jardinée. Cela permettrait de créer une harmonie en résonance avec la régularité des architectures des bâtiments et, en même temps, de créer un lieu d'intérêt écologique.