Synergies entre les métiers de paysagiste et d’ingénieur généraliste dans le parc naturel régional des Préalpes d’Azur

16 décembre 2020

 
 

Retour sur la 3ème édition d'un workshop commun

Du 18 au 20 novembre 2020, les étudiants en première année d'ingénierie à l'École des MinesParisTech et ceux en deuxième année de formation conduisant au Diplôme d'État de Paysagiste (DEP2) à l'École nationale supérieure de paysage, site de Marseille, se sont retrouvés pour la troisième édition d'un workshop commun aux deux écoles.

 
 
 
 
1

Initialement orienté sur la démonstration de la transition énergétique du domaine du Rayol, le workshop a été reconsidéré en raison de la fermeture du site. Forts de contacts et d'expérimentations préalablement menées sur le Parc naturel régional des Préalpes d'Azur (voir l'article du workshop sur l'installation du poste source (2016) et le résumé de thèse de Joris Masafont), l'équipe organisatrice - Bertrand Folléa, Joris Masafont, Philippe Blanc et Auréline Doreau - s'est concentrée sur une proposition pédagogique envisageant l'évolution paysagère vers des sources énergétiques renouvelables sur les communes de Valderoure et Séranon, communes emblématiques du PNR des Préalpes d'Azur.

Grâce à l'appui des deux écoles, le workshop a bénéficié d'une dérogation pour avoir lieu sur site. La Chaire Eau et paysage, par l'intervention de sa responsable Laure Thiérée, a rendu possible la participation d'une partie de la promotion en deuxième année de formation conduisant du Diplôme d'État de Paysagiste (DEP2) sur le site de Marseille.

 
 
 
 

Déroulé

2

Durant deux jours, les étudiants ont découvert le territoire des Préalpes d'Azur, ont rencontré les acteurs locaux (élus, agriculteurs, habitants, ...) et ont assisté à des conférences à Valderoure.

Ces premiers échanges ont permis aux étudiants de prendre la mesure des enjeux et des demandes du territoire en termes de développement des mobilités rurales, de préservation de la qualité du paysage indispensable pour l'attrait des habitants et des touristes, de dépendance forte aux ressources énergétiques extérieures et d'insuffisance des activités économiques sur le territoire.

Bertrand Folléa et Gilles Clément, Paysagistes-concepteurs, ont donné un cadre de lecture des transitions en prise avec les outils et les réflexions des paysagistes, permettant ainsi de prendre du recul et de connecter les problématiques du PNR avec des enjeux plus globaux.

Gregory Bertrand, de la société Enedis, a présenté ses objectifs de raccordement au réseau pour compenser le surcoût de renforcement de ce même réseau aux petites communes. Il a également présenté son projet d'accompagnement du développement de la mobilité électrique.

Lucile Schmid a rebondi sur les définitions de l'écologie portées par les étudiants en enrichissant des concepts et du jeu d'acteurs autour de celui-ci.

Joris Masafont a présenté son travail de thèse articulant méthodes de paysagistes et d'ingénierie pour opérer le projet de paysage territorial.

Auréline Doreau a partagé des résultats de projets issus des expérimentations de la Chaire Paysage et énergie sur les dernières années, impliquant des méthodes opérationnelles de transition énergétique et paysagère.

 
 
 
 
3

Les étudiants paysagistes ont travaillé sur des représentations de l'existant du PNR (morphologie, entités paysagères, activités territoriales, ...) à travers des blocs diagrammes, coupes, etc. Travail à l'issue duquel, ils ont co-construit des solutions techniques pour l'approvisionnement en énergie locale et solaire du PNR à travers le prisme du paysage.

Le vendredi 20 novembre, des échanges ont été organisés à partir de leurs projets avec les acteurs du territoire. Ces derniers ont fait part de leur intérêt pour certaines des solutions évoquées telles que l'installation de micro-stations de transfert d'énergie par pompage permettant ainsi de la stocker. La proposition territoriale des ingénieurs imbrique, en plus de ces micro-stations, l'installation de systèmes de captation de l'énergie solaire à la fois sur les toits du bâti existant mais aussi à travers le développement de l'agrivoltaïsme, renforçant le caractère agricole de qualité du PNR. La gestion de la forêt réévaluée permettrait par ailleurs d'alimenter une chaufferie bois. Les propositions ont bénéficié de l'avis des futurs professionnels paysagistes, sensibles au contexte montagnard de Valderoure. Le rapport technique final s'enrichit ainsi de l'attention au contexte paysager. Des experts, comme Claude Allier, géologue, sont intervenus pour compléter les propos des étudiants et animer le débat.

La suite des travaux s'est effectuée à distance. Le 4 décembre a eu lieu le rendu intermédiaire des étudiants des MinesParisTech pour lesquels le projet final présenté fin janvier 2021 sera équivalent à un tiers de leur évaluation de 1ère année.

L'École nationale supérieure de paysage remercie chaleureusement l'École des MinesParisTech pour l'initiative et la mise en œuvre de ce workshop commun, notamment à travers l'accueil au sein des locaux de Sophia Antipolis. Un grand merci en particulier à Philippe Blanc, directeur de recherche MinesParisTech, et à Joris Masafont, doctorant à l'École nationale supérieure de paysage et des MinesParisTech, pour avoir orchestré ces échanges pluridisciplinaires.

Photos : Auréline Doreau