Le voyage inaugural, une entrée dans le paysage

21 septembre 2021

 
 

Retours d'expérience

Chaque année, les étudiants en 1re année de la formation menant au Diplôme d'État de Paysagiste abordent leur entrée à l'École nationale supérieure de paysage par le voyage inaugural. D'une durée de quatre jours, ce "périple" a vocation à faire rencontrer tous les membres de la promotion et à appréhender le paysage au travers d'arpentages, de rencontres, de réalisation de croquis et de dessins... Trois étudiants issus de cette nouvelle promotion témoignent de leur expérience.

 
 
 
 
Christopher_Morin_VI_1

Le voyage inaugural, 2021. Photo : Christopher Morin.
 
 
 
 

Témoignages

Anciennement Business Engineer en finance de marché, Aurélie Communal s'est réorientée vers le paysage car elle était en recherche d'un métier utile aux autres, alliant créativité et rigueur et surtout en rapport avec la nature.

« Durant le voyage inaugural, l'exercice qui m'a le plus plu a été celui des couvertures de survie. A Bray-Dunes, au milieu des dunes du Perroquet, paysage protégé, lieu magnifique et sauvage (aussi appelé le « tiers sauvage »), 60 personnes secouant des couvertures, créant ainsi un son extraordinaire, reflétant le soleil, le lieu comme un miroir (telle Alice le traversant). Puis, nous avons dû nous approprier ce nouvel objet, cette matière fascinante avec comme consigne deux mots : « Diffuser et Habiter ». Il a fallu lâcher prise, faire preuve de créativité et d'ingéniosité, un pur moment de bonheur, de légèreté, une sensation de liberté. Ce moment restera à jamais gravé dans ma mémoire ! Merci à Olivier Marty et Guilain Roussel ! » Auréline Communal.

 
 
 
 
Aurelie_communal_site

L'envol des DEP 1 accompagnés de couvertures de survie, Dunes du Perroquet (Bray-Dunes). Photo : Christopher Morin.

 
 
 
 

Diplômé d'un BTS Aménagement paysagers et d'une licence de géographie, Christopher Morin s'est toujours senti concerné par les enjeux environnementaux, d'abord liés au jardin puis ensuite aux écosystèmes le composant. Devenir paysagiste, selon lui, c'est avoir un rôle à jouer dans le devenir de la société.

« Le voyage inaugural ! Quelle manière de commencer une année scolaire. C'était une entrée en matière sportive aussi bien intellectuellement que physiquement. Des rencontres, de la marche, du dessin et une présentation de l'école par des enseignants passionnés et passionnants. J'ai compris rapidement que notre rapport à ces enseignants allait être particulier tout comme notre scolarité à l'École nationale supérieure de paysage. La séance de Yoga à 21h30 sur la plage puis la séance de baignade nocturne n'a fait que le confirmer. Le moment marquant du voyage restera celui de notre passage à Lille. Notre rencontre avec trois intervenants dans une friche de 17ha en plein milieu du quartier d'affaires m'a déconcerté. L'engagement de membres du collectif Les Habitants Associés Saint-Sauveur dans une lutte politique acharnée contre les élus et les bailleurs sociaux est remarquable. J'ai senti que c'était le combat de leur vie et le dévouement auquel ils s'adonnaient pour le gagner m'a profondément ému. Quel que soit notre avis, la position très engagée de ces personnes m'a offert un moment de pédagogie et d'humanisme fort me rappelant les enjeux du métier que je veux pratiquer plus tard. » Christopher Morin.

 
 
 
 
Christopher_Morin_VI_2

Friche, Lille, 2021. Photo : Christopher Morin.
 
 
 
 
Christopher_Morin_VI_3

Le voyage inaugural. Photo : Christopher Morin.
 
 
 
 

Diplômée d'une licence en géographie et aménagement et étudiante en Arts, Paysage, Architecture en 2020 à l'École nationale supérieure de paysage, Lila Broisin-Doutaz a, suite à cette dernière formation, choisi de s'orienter vers le métier de paysagiste concepteur pour sa pluridisciplinarité.

« Ce voyage m'a permis de découvrir de nouveaux paysages, de rencontrer de nouvelles personnes et d'aiguiser mon regard. » Lila Broisin-Doutaz.

 

 
 
 
 
Lila_Broisin_site

La survie des dunes. Photo : Lila Broisin-Doutaz.