Le projet DIGUES retenu par l'Agence nationale de la recherche (ANR)

18 juillet 2018

 
 


 
 
 
 
Visuel DIGUES - Alexis Pernet - juillet 2018

© Alexis Pernet
 
 
 
 


Le projet DIGUES, piloté dans toute sa phase d'élaboration par Lydie Goeldner-Gianella, professeur de géographie à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, a été retenu par l'Agence nationale de la recherche. Le Laboratoire de recherche en projet de paysage (LAREP) y apportera une contribution sur plusieurs sites (Normandie, Marais poitevin). Le projet sera mené de 2019 à 2022.

 

 
 
 
 

Mots clés

Digue, paysage, scénarios, approche multi-acteurs, interactions écosystèmes/sociosystèmes, gestion durable.
 
 
 
 

Résumé du projet (en français)

DIGUES (Digues, Interactions, Gestion, Usages, Environnement et Scénarios) : quelles transitions des systèmes d'endiguement maritimes et fluviaux au 21e siècle en France, entre usages, paysage, nature et protection ?

La France est à un tournant des relations que la société entretient avec ses digues maritimes et fluviales sur un linéaire de 9000 km. Longtemps considérée comme un objet technique de défense contre les eaux, la digue est aujourd'hui perçue selon un paradigme incorporant aussi les usages, la nature et le paysage. A partir de 2018, les collectivités locales prendront en charge la compétence de protection contre les inondations. Accompagner les acteurs locaux dans ce contexte changeant revient à entrecroiser de multiples enjeux et à réfléchir à des orientations variées de gestion des digues, parfois nouvelles en France, oscillant entre fermeture et ouverture, rehaussement et abaissement, artificialisation et renaturation. Cela oblige à considérer l'ensemble du système d'endiguement, i.e. la digue et le territoire endigué qu'elle protège. Nous avons comme objectif majeur l'établissement de propositions nouvelles relatives au devenir des digues et l'évaluation des conditions de faisabilité et d'acceptabilité de ces propositions. Celles-ci pourront prendre diverses orientations, souvent combinables, dans les domaines de la défense dure ou douce contre les eaux, de la gestion de la végétation, de la fréquentation et de la patrimonialisation. Ces propositions et leurs conditions seront livrées sous forme de scénarios de transition des systèmes d'endiguement. À partir de scénarios situés, établis en milieu fluvial (Loire, Marais Poitevin, Seine & Marne) et côtier (Dives, Veys, Authie), nous construirons des scénarios génériques et reproductibles au moyen de méthodes interdisciplinaires d'étude et de facilitation, mais aussi d'une collaboration avec les acteurs locaux et d'échanges de bonnes pratiques avec des ingénieurs anglais et zélandais. Du fait du défi qu'elle suppose, la construction même de ces scénarios constituera un objectif scientifique. Un 3e objectif consistera à tester des outils aidant à construire les scénarios : le jeu de rôle, la médiation paysagère, la comparaison et l'histoire. En termes de résultats, nous serons en mesure de caractériser les trajectoires possibles des systèmes d'endiguement et d'évaluer leurs degrés d'acceptabilité en fonction des types de population et de milieux, des enjeux concernés, des orientations possibles et de méthodes de facilitation. Nous pourrons aussi évaluer le caractère durable des systèmes d'endiguement dans les territoires, systèmes non plus considérés comme de purs objets techniques mais intégrant plusieurs dimensions. Le projet aidera, enfin, à consolider la présence de la France dans le débat européen sur les digues, montrant qu'elle peut porter une réflexion nouvelle sur les conditions d'acceptabilité de solutions innovantes, définies au moyen d'une approche non uniquement économique ou sécuritaire.
 
 
 
 

Partenaires

  • LGP (Laboratoire de géographie physique, UMR 8591CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • LAREP (Laboratoire de recherche en projet de paysage, ENSP Versailles)
  • PRODIG (Pôle de recherche pour l'organisation et la diffusion de l'information géographique, UMR 8586 CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • LADYSS (Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces, UMR 7533 CNRS-Université Paris 8 Université Paris 1)
  • CRH (Centre de recherches historiques, UMR 8558 CNRS-EHESS)
  • LIENSs (Littoral Environnement et Sociétés, UMR 7266 CNRS-Université de la Rochelle)
 
 
 
 

Directrice du projet

Lydie Goeldner-Gianella, professeur de géographie à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
 
 
 
 

Les chercheurs du LAREP engagés

  • Pauline Frileux, Ethnologue et botaniste, maître de conférences, enseignante au département d'écologie
  • Alexis Pernet, Maître de conférences en sciences humaines
  • Yves Petit-Berghem, Professeur en Écologie
  • Patrick Moquay, Professeur en sciences humaines et sociales, délégué scientifique de l'ENSP, directeur du LAREP, responsable du département Sciences humaines et sociales

 

 
 
 
 
 
 
 
 

Keywords

Dyke, landscape, scenarios, multi-stakeholder approach, ecosystems/socio-economic systems interactions, sustainable management.
 
 
 
 

Résumé du projet (en anglais)

DIGUES: What transitions in maritime and river embankment systems in France in the 21st century between uses, landscape, nature and protection?

France is at a turning point in the relationships between society and its 9,000 km of sea and river dykes. Long seen as merely technical features providing flood defence, dykes are now viewed more holistically to include also uses, the landscape and nature. From 2018 onwards, responsibility for flood protection will be devolved to the local authorities (with the GEMAPI regulation). Supporting local stakeholders in this context of change will mean looking at the full range of issues and reflecting on the various dyke management orientations, some of which are new in France, from closing to opening, raising to lowering, and from artificialization to ecological restoration. This will require us to consider the complete embankment system - not only the dykes but the embanked territories that they protect too, along with the pre-dyke area. The first objective of our consortium is to establish new proposals for the future of dykes and to assess the conditions for feasibility and acceptability of these proposals. These could take several directions, or a combination of orientations, in the areas of hard or soft flood defence, vegetation management, public access and patrimonialization. These proposals and their conditions will be delivered in the form of transition scenarios for embankment systems. Based on the scenarios established site by site, in fluvial (Loire, Marais Poitevin and Seine & Marne) and coastal environments (Dives, bays of Veys and Authie), we will build generic, reproducible scenarios using interdisciplinary study and facilitation methods, while collaborating with local stakeholders and exchanging best practices with British and Dutch engineers. Given the methodological challenge it involves, the production of these scenarios is also one of the project's objectives. The third objective is to test the ‘tools' that will help us build the scenarios: role play, landscape mediation, comparison and history. In terms of results, we will be able to 1) characterize possible trajectories for embankment systems, and 2) assess their level of acceptability depending on the population and environment type, the issues at stake, the possible orientations and the facilitation methods. 3) We will also be able to evaluate the sustainable quality of the embankment systems in the territories; these systems are no longer seen as merely technical features and are now viewed from several angles. 4) Finally, the programme will help bolster France's position in European debates on dykes, showing that it can provide new input on the acceptability of innovative solutions, defined using an approach that goes beyond the economic and safety aspects.
 
 
 
 

Partners

LGP, LAREP, PRODIG, LADYSS, CRH, LIENSs.