Le Grand Prix de l'urbanisme 2018 décerné à l'agence TER, paysagistes

16 juillet 2018

 
 

Créé en 1989, le Grand Prix de l'urbanisme distingue chaque année une personnalité reconnue par un jury international. Il valorise l'action des professionnels qui contribuent à fabriquer au quotidien la ville, et notamment la ville durable.
 
 
 
 

Réuni le 21 juin à l'initiative du ministère de la Cohésion des territoires, le jury du Grand Prix de l'urbanisme 2018 a décerné le Grand Prix à l'agence TER : Henri Bava, Michel Hössler et Olivier Philippe, tous trois anciens diplômés de l'École nationale supérieure de paysage de Versailles. Le Grand Prix leur sera remis par le ministre lors d'une cérémonie à l'automne 2018.

Pour la première fois, le jury a choisi de distinguer non pas une personnalité mais un collectif, une agence, saluant les parcours croisés de trois professionnels au « tropisme étranger » ainsi que la diversité des projets de l'agence, déjà honorés par plusieurs prix, dont le Grand Prix national du paysage 2007 pour le parc des Cormailles à Ivry-sur-Seine.

Dans la liste des réalisations de TER, s'égrènent donc des espaces verts et/ou publics, comme le Grand parc des Docks à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) ou, plus récemment, celui du Peuple de l'herbe à Carrières-sous-Poissy (Yvelines). Actuellement, l'agence est l'une des équipes en lice pour le réaménagement du site de la tour Eiffel, à Paris. Viennent s'y ajouter des projets à l'ampleur citadine comme le quartier du Bois Habité à Lille (Nord) ou Euro Rennes (Ille-et-Vilaine). L'agence tient même le rôle de mandataire dans certaines interventions urbaines, ce qui n'est pas si fréquent pour des paysagistes. Ainsi, elle a été désignée en décembre pour repenser la rive nord des bords de Loire, dans le centre-ville de Nantes (Loire-Atlantique).Dans le nouveau secteur du Trapèze, à Boulogne-Billancourt, l'agence a réalisé un parc inondable qui, expliquent les concepteurs, « intègre l'ingénierie civile et le management de l'eau à l'échelle de l'ensemble du quartier. » TER est aussi capable d'appréhender l'élément dans ses plus vastes dimensions et de penser un paysage à l'échelle d'une zone fluviale comme celles de la Garonne à Toulouse ou de l'Elbe à Hambourg.

Le jury a particulièrement salué la dimension internationale de l'agence, ce dont témoignent les projets Pershing Square à Downtown Los Angeles (États-Unis), Shanghai (Chine), Projet transfrontalier « métropole verte » reliant Belgique-Allemagne-Pays-Bas (Europe) Grand Prix européen de l'urbanisme 2008 ; la place Les Gloriès (Barcelone). Le jury a également salué l'investissement des lauréats sur le long terme en territoire ultramarin, en Guyane, où ils ont étudié le devenir à grande échelle. Enfin, il a souligné la forte dimension écologique de l'équipe qui défend un « urbanisme des milieux » qui a la capacité à renverser la contrainte, notamment celle provoquée par l'eau, pour composer des projets liant les espaces et les hommes. En effet, la relation avec la nature est au cœur de leur approche pour renouveler les espaces publics, comme les « places-parcs ».

Enfin, Le jury a également salué la très haute qualité des trois autres concepteurs retenus : Patrick Bouchain, architecte et inspirateur, pour son rôle pionnier dans la transformation des friches en lieux de culture et la valorisation des délaissés urbains avec la participation active des habitants ; François Leclercq, architecte urbaniste, pour son professionnalisme démonstratif à toute échelle et sa capacité à transformer les territoires, notamment par le réinvestissement des infrastructures et par une mise en œuvre qualitative des espaces publics offerts aux rez-de-chaussée de la ville ; Jacqueline Osty, paysagiste, deux fois Grand Prix national du paysage -en 2005 pour le parc Saint-Pierre à Amiens et en 2018 pour la promenade des quais de la rive gauche à Rouen avec In-Situ -, pour la cohérence de son parcours qui allie une approche sensible et un savoir-faire professionnel de « mécanique de précision de la ville ».

 
 
 
 

Jury du Grand Prix de l'urbanisme 2018

Le président
Paul Delduc, directeur général de l'aménagement, du logement et de la nature (DGALN).

Les membres :
Les élus

Emmanuel Couet, Président de Rennes Métropole ; Pierre Jarlier, Maire de Saint-Flour.

Les personnalités internationales
Oriol Clos, architecte et urbaniste, Barcelone ; Kaye Geipel, rédacteur en chef adjoint de Bauwelt, Berlin.

Les professionnels qualifiés
Marie-Douce Albert, journaliste au Moniteur ; Alain Bourdin, chercheur et professeur à l'École d'urbanisme de Paris, directeur de la Revue internationale d'urbanisme ; Romain Champy, Euralille, Palmarès des jeunes urbanistes 2016 ; Nicolas Ferrand, directeur général de Solideo ; Gwenaëlle D'Aboville, Villes Ouvertes, Palmarès des jeunes urbanistes 2016 ; Claire Guihéneuf, directrice générale de Brest Métropole aménagement ; Ruth Marquès, présidente de section au Conseil général de l'environnement et du développement durable ; Ariella Masboungi, Grand Prix de l'urbanisme 2016 ; Pierre Veltz, Grand Prix de l'urbanisme 2017 ; Gérard Pénot, Grand Prix de l'urbanisme 2015 ; Hélène Peskine, secrétaire permanente du Plan urbanisme construction architecture ; Marie-Christine Vatov, Innovapresse, rédactrice en chef de Traits urbains ; Agnès Vince, directrice chargée de l'architecture, adjointe au directeur général des patrimoines, ministère de la Culture.