Inauguration du jardin du Diamant à Erfurt

22 octobre 2021

 
 
Des étudiants de la promotion 2019-2020 de la formation Création et conception de jardin dans le paysage ont participé à la réalisation d'un jardin dans le cadre de l'atelier Buga coorganisé par l'École nationale supérieure de paysage et le département paysage de l'Université d'Erfurt, Allemagne. Objet d'une commande par la ville d'Erfurt, le jardin du Diamant a été inauguré par les étudiants des deux écoles le 6 octobre dernier dans le cadre du festival de jardin Bundesgartenschau.
 
 
 
 

Déroulé du projet

À l'automne 2019, sollicité par Sascha Doell, responsable du service des espaces verts de la ville d'Erfurt, l'ensemble des étudiants de la formation continue Création et conception de jardin dans le paysage et des étudiants paysagistes de l'Université d'Erfurt ont été invités à concevoir et réaliser un projet de jardin sur le site historique du Lauentor, aux pieds de la citadelle de Petersburg. Ils ont en premier lieu élaboré, seul ou en équipe, les plans masse intégrant un certain nombre de petits jardins thématiques accompagnés de leur emprise, leur positionnement, surfaces et contours respectifs. Après une présentation de chaque projet, le jardin du Diamant d'Hélène Charbonneau, étudiante à l'École nationale supérieure de paysage, a été retenu pour servir de plan masse référent.

 
 
 
 
Planmassehelenecharbonnierdec2020

Plan masse général du jardin du Diamant, décembre 2019. Production : Hélène Charbonneau.

 
 
 
 

De novembre 2020 à juin 2021, plusieurs étudiants de la formation Conception et création de jardin dans le paysage, Hélène Charbonneau, Florence Merrien, Guillaume Lafitte, Shizuka Higa et Aurore Gaudeneche, soutenus par Yoko Jinkoji et Charlotte Dutoit, ont, dans le cadre de cinq sessions d'atelier encadrés par Axel Equilbey, paysagiste concepteur, finalisé sur la base du plan masse général sélectionné, les univers singuliers des onze petits jardins et du grand diamant. Les étudiants allemands ont, de leur côté, travaillé sur les plantations de quatre jardins davantage positionnés sur le pourtour du Lauentor. Enfin, les détails de réalisation et de plantation ont été proposés.

 
 
 
 
Siteinternet1060068

Sont présents de gauche à droite : Hélène Charbonneau, Aurore Gaudenèche, Florence Merrien, Guillaume Lafitte, Charlotte Duthoit. Photo : École nationale supérieure de paysage.

 
 
 
 

Au terme de ce processus de conception, les services de la ville d'Erfurt ont donné réalité à ce projet de jardin en engageant le chantier en septembre 2021.

Le jardin du Diamant a été inauguré le 6 octobre dernier en présence du Maire de la ville, Andreas Bausewein, de Sascha Doell, responsable du service espaces verts, et des équipes impliquées dans la réalisation du projet.

 
 
 
 
Siteinternet1060070

De gauche à droite : Charlotte Duthoit, Guillaume Lafitte, Florence Merrien, Hélène Charbonneau, Aurore Gaudenèche et Daniel Zugwurst (chargé d'études des services espaces verts de la ville d'Erfurt). Photo : École nationale supérieure de paysage.
 
 
 
 

À cette occasion, les représentants de la ville d'Erfurt ont présenté leur vision du futur. Ils souhaitent donner une nouvelle impulsion au travail mis en place à l'occasion du festival de jardin fédéral Bundesgartenschau (BUGA) en 2021. Leur volonté est de positionner Erfurt comme une ville référente en matière de jardins notamment par la mise en place d'un festival propre à la ville, auquel les étudiants de la formation continue de l'École nationale supérieure de paysage seraient à nouveau conviés pour la conception de projets.

 
 
 
 

Le jardin du Diamant

Siteinternet1060035

Vue du Diamant, octobre 2021. Photo : École nationale supérieure de paysage.
 
 
 
 

Le jardin du Diamant est un jardin expressif, composé de nombreuses petites figures organisées autour et en réplique de la figure centrale, la surrection d'un imposant diamant. Composée par des pans aux arêtes vives et de formes triangulaires ouvertes imbriquées et décalées, le diamant principal décline une circulation angulaire construite en ellipse qui termine par un ample promontoire. Dans la découverte du jardin, les visiteurs sont appelés par la force des masses ; une ouverture à l'arrière du diamant permet de gagner sa partie haute et de bénéficier d'une vue sur l'ensemble des lieux : tout un jeu de pyramides irrégulières, d'arêtes vives, de pans inclinés et de surfaces réfléchissantes s'organise et s'impose dans cet espace accompagné de hauts murs, ceux de l'enceinte historique du Petersberg.

 
 
 
 
jardin du diamant 2

Vue aérienne sur une partie du jardin du Diamant, octobre 2021. Photo : École nationale supérieure de paysage.

À terme, le relief d'une végétation diversifiée viendra ménager des flous là où les traits saillants dominent. Le jardin du Diamant évoluera pour proposer des espaces plus intimes ; des scènes végétales viendront s'y inscrire. Par endroits s'affirmera un monde singulier de feuillages et de fleurissements noirs et, non loin, la palette végétale déclinera le propos nuancé de floraisons dans les tonalités bleus pâles, bleus intenses, roses doux, vert d'eau et kakis. On y trouvera des totems envahis par les plantes grimpantes ainsi qu'une terrasse où se retrouveront, à l'abri et contre la pierre calcaire chaude, des plantes méditerranéennes.

Le jardin du Diamant est un lieu où l'on peut noter l'évolution des saisons. C'est un terrain propice à la contemplation en même temps qu'il met en scène la déambulation des spectateurs.