Appel d'offre paysagiste concepteur expérimenté
Éolien en forêt - Chaire Paysage et Énergie

 
 

Compagnonnage de jeune diplômé paysagiste concepteur, sur une étude de cas en recherche-action

Perspectives et recommandations paysagères pour l’inscription de l’éolien en forêt bretonne

 
 
 
 

Prérequis

Paysagiste concepteur expérimenté, ayant notamment assuré l'encadrement d'ateliers pédagogiques régionaux. Une connaissance des systèmes électriques en France serait appréciée.
 
 
 
 

Durée

Étude prévue de mi-septembre 2019 à mi-janvier 2020 (4 mois).
 
 
 
 

Conditions

3 temps forts obligatoires (réunion d'initiation, comités de pilotage intermédiaire et final). Déplacements sur le site et rencontres des acteurs avec le jeune diplômé. 70 h de TD sur les 4 mois soit 23 h/mois.
 
 
 
 

Présentation de la Chaire Paysage et Énergie

Créée en 2015 à l'École Nationale Supérieure de paysage (ENSP), la Chaire Paysage et Énergie a pour objet de développer des compétences nouvelles et partagées et de permettre de faire travailler ensemble acteurs de la transition énergétique et professionnels du paysage. Elle déploie ses activités sur 4 axes : la formation, les études et recherches, la création et la capitalisation/diffusion de ses travaux. Boralex est l'un des membres de la chaire paysage et énergie.

La Chaire Paysage et Énergie met en place régulièrement des projets de recherche-action, en partenariat avec un partenaire énergéticien. Une équipe en binôme est ainsi formée pour y répondre, associant un.e jeune diplômé.e et un.e paysagiste praticien.ne expérimenté.e assurant un compagnonnage.
 
 
 
 

Contexte de la mission

Le développement éolien terrestre constitue l'une des solutions pour mettre en œuvre la transition énergétique en France. La Programmation Pluriannuelle de l'Énergie (PPE) parue fin 2018 annonce que le parc éolien terrestre doit plus que doubler pour atteindre les 35 GW prévus par l'État pour 2028 (état des lieux de 13,7 GW au 31 décembre 2017 soit 4,9% de la consommation énergétique française (source : FEE)). La forêt représente 31% de la surface métropolitaine française (17 millions d'ha en 2017), souvent sur des couloirs de potentiels éoliens. Il est donc envisagé de développer l'éolien en forêt. La Bretagne est l'un des territoires qui pourrait accueillir ces énergies renouvelables. La Bretagne a une double particularité :
  • Posséder un habitat diffus et un linéaire côtier conséquent. Additionnés aux servitudes radars, aéronautiques et militaires, ainsi qu'aux parcs éoliens déjà existants, la surface résiduelle pouvant accueillir de nouveaux projets éoliens ne représente in fine qu'environ 5 % seulement du territoire. La dynamique régionale quant à la prise en compte des enjeux énergétiques et de protection des espaces, pousse la Région Bretagne à se questionner sur la manière de pallier ce peu d'espace disponible.
  • Être une péninsule énergétique et électrique, aujourd'hui seulement 10 % de la consommation est produite sur le territoire breton. C'est dans ce cadre que la Cour administrative d'appel de Nantes a validé début mars 2019 le parc éolien « les moulins du Lohan » dont la mise en œuvre répond à un intérêt public majeur pour le pacte électrique breton destiné à résorber la vulnérabilité de la Bretagne en terme d'autonomie.

L'éolien en forêt apparaît ainsi comme faisant partie des solutions pour répondre à ce double enjeu spatial et électrique. Aussi, bien que le massif forestier breton ne soit pas le plus grand de France, cette solution a l'avantage de s'éloigner des habitations. Se pose alors la question de la place de la forêt au sein des paysages bretons, de la définition du terme « forêt » et de sa perception par la population, le regard de l'exploitant forestier n'étant pas le même que le promeneur, la durée de vie d'une forêt n'étant pas comparable à la rotation rapide des cultures agricoles, la typologie des forêts étant variable (essences, taille, reconnaissance, fréquentation, imaginaire...).
 
 
 
 

Objectif de la mision de l'accompagné

Boralex, en tant que développeur éolien investi en Bretagne, s'interroge sur les modalités d'inscription paysagère de parcs éoliens en forêt. Quelles perceptions ont les bretons de leurs forêts et quelle place envisagent-ils pour l'éolien ? Quelles transformations paysagères pourraient être envisagées et à quelles conditions ? Quelle méthode de prise en compte du paysage dans les projets éoliens en forêt ? Pour y répondre, la première phase comprend un diagnostic identifiant les caractéristiques et enjeux paysagers suscités par un projet éolien en forêt en Bretagne et d'autres parcs Boralex construits en Ardèche, doublé d'entretiens avec les acteurs de développement des ENR et du paysage en Bretagne (DREAL, Région, associations environnementales, habitants,...). La seconde phase permettra de proposer les grandes lignes de recommandations paysagères et la troisième phase de préfigurer un guide d'inscription paysagère illustré de l'éolien en forêt en Bretagne.

Le territoire d'étude concerne l'ensemble de la région Bretagne. L'analyse pourrait s'appuyer sur le parc éolien Les Moulins du Lohan en cours de construction dans la forêt de Lanouée (Bretagne), voire sur d'autres parcs éoliens de Boralex construits en forêt en dehors de la Bretagne (La Citadelle et Sources de la Loire en Ardèche).

 
 
 
 

Objectifs du compagnonnage

  • Permettre au chargé de mission d'affirmer sa posture de paysagiste sur les énergies renouvelables
  • Fournir un rapport d'étonnement réflexif suite à cette mission
 
 
 
 

Candidature

Proposition de déroulé de mission à envoyer avant le 1er juillet juin 2019 à
Auréline Doreau,
chef de projet Chaire Paysage et Énergie
a.doreau@ecole-paysage.fr,

Bertrand Folléa,
responsable Chaire Paysage et Énergie
bfollea@gmail.com