La pédagogie

 
 

Le projet de paysage au coeur de la formation de Paysagiste DPLG

Dans sa formation initiale de Paysagiste DPLG (Diplômé par le gouvernement), l'ENSP a choisi de transmettre une culture professionnelle du projet de paysage fondée sur une immersion constante de l'étudiant dans un apprentissage pratique et théorique. La pédagogie s'appuie par conséquent sur la réalité physique du site à aménager et sur la commande, souvent publique, parfois privée, le concernant.

L'enseignement de la conception prend en compte les processus sociaux, économiques et écologiques qui modèlent un territoire, cherchant à en révéler les spécificités par une dimension artistique. Faire comprendre comment les formes du territoire sont produites, comment il est possible de les transformer, de les infléchir ou de les révéler, comment créer de nouveaux paysages et renouveler l'identité d'un site, tels sont les objectifs fixés à la formation de paysagiste.

L'apprentissage pratique du projet de paysage représente 40% du temps de formation de la première à la troisième année et 80% en quatrième année.

 
 
 
 
La pédagogie du projet, processus itératif entre savoirs, expérimentations et intuitions, repose sur l'acquisition des capacités à modifier directement ou indirectement le paysage. Elle s'appuie principalement sur la formulation de questions et de réponses destinées à mieux saisir les relations entre le territoire et la société. Élémentaire et simplifiée en début de cursus, cette connaissance praticienne s'enrichit ensuite de nouveaux apports théoriques et instrumentaux s'appliquant à des sites plus vastes et plus complexes mais aussi à des temporalités plus longues.
 
 
 
 

Un enseignement pluridisciplinaire

Quant à l'enseignement théorique, il est partagé entre quatre champs de savoirs qui représentent environ 60% du temps de formation des trois premières années.

L'écologie fournit un bagage en sciences du vivant, en agronomie et en géographie physique et humaine, tandis que l'enseignement des techniques pour le paysage amène l'étudiant à une connaissance et une réflexion sur le rôle de ces dernières dans l'aménagement de l'espace. Ces techniques lui fournissent aussi les outils pertinents pour concrétiser ses idées et représenter le projet.

Grâce aux sciences de l'homme et de la société, l'étudiant est en mesure de situer le cadre historique, politique, social et économique de son intervention sur les territoires. Enfin, dans les enseignements artistiques, le «faire» est primordial pour acquérir des références, des savoir-faire et une attitude critique dans le contexte de la création contemporaine.

Ainsi, les outils techniques et les connaissances multidisciplinaires accroissent progressivement la maîtrise des concepts tout en favorisant les projets originaux, pertinents et concrets.

L'ENSP est directement impliquée dans deux masters :

  • Master Théories et démarches du projet de paysage ;
  • Master Paysage et aménagement.
Les modes pédagogiques sont plus universitaires et adaptés aux objectifs de chacun.
Le mémoire de master et de stage constituent les deux validations de leur apprentissage.


Les "CESP" sont immergés pendant un an dans le cursus des étudiants paysagistes. Déjà formés (ils sont architectes, ingénieurs, artistes, universitaires et ont le plus souvent leur grade de master), ils acquièrent ainsi des compétences et une ouverture sur la conception en paysage. Leurs "Travaux personnels de fin d'études" attestent d'une vraie capacité en paysage, réelle valorisation de leur formation initiale.

Les stagiaires de la formation "conception de jardin dans le paysage" se situent plutôt dans une dynamique de reconversion professionnelle. Un goût prononcé pour le jardin, la botanique et le paysage, les ouvre à une nouvelle vocation.
Ce projet personnel particulièrement motivé les conduit, en deux années de formation à temps plein, à maîtriser la conception de jardins à différentes échelles.